Dammn
Le Skateboard est Olympique: entretien avec Neal Hendrix
2000*1045px

Le Skateboard est Olympique: entretien avec Neal Hendrix

le sujet chaud de la semaine...de l'année?
Texte intro DGG - itw Kevin Wilkins/traduit par DGG
Photos Fred Ferand
Texte intro DGG - itw Kevin Wilkins/traduit par DGG
Photos Fred Ferand
le sujet chaud de la semaine...de l'année?

A moins d'avoir passé les dernières 48h au fond d'une grotte, il ne vous aura pas échappé que le skateboard vient d'être officiellement intégré au programme des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, avec 4 autres disciplines dont le surf...
Evidemment les commentaires ont fusé de toute part, avec d'un côté les plutôt contents de voir leur jouet préféré enfin reconnu à sa juste valeur (à leurs yeux du moins) et de l'autre, majoritaires ceux-là, les défenseurs de notre culture soi-disant underground qui se sont déchainés sur les réseaux sociaux, et on les comprend, c'est vrai quoi, ils viennent faire quoi les moustachus avec notre activité favorite? Ils nous ont jeté des pierres et des seaux d'eau pendant des années pour maintenant nous caresser dans le sens du poil et faire de l'argent sur notre dos?
Les JO étant vieillissants et le cio basant ses revenus en grande partie sur les droits TV, il était nécessaire pour lui d'apporter de la fraîcheur à ses jeux pour séduire un public jeune qui sera rivé devant son poste de télé tous les 4 ans, et qui assurera par la même des revenus publicitaires colossaux, c'est là que le skateboard entre en considération, car le jeune aime le skateboard !
Bref, inutile maintenant de refaire le monde, la décision a été prise, et si on essaie de trouver quelque chose de positif à tout ça (du moins pour les septiques), c'est que l'organisation du contest a été confiée à l'ISF, qui est à priori l'organisation la plus compétente pour faire un contest de skateboard digne de ce nom. On a donc voulu savoir plus en détail qui allait faire quoi et comment, pour ça on allait contacter Neal Hendrix (Woodward brand manager, président du comité des événements internationaux pour l'ISF, représentant des athlètes pour la commission skateboard TOKYO 2020) quand on est tombé sur une interview fraîchement réalisée et postée par Kevin Wilkins (ex Transworld Skateboarding & The Skateboard Mag et artiste dessinateur entre autres...) pour son blog The Good Problem - Interview dans laquelle Neal répond à la grande majorité des questions que l'on se posait, du coup nous avons demandé au questionneur ainsi qu'au questionné s'ils voyaient un inconvénient à ce que l'on traduise cette interview, aucun des deux intéressés n'y a vu d'objection - voici donc ce que Neal Hendrix a répondu aux questions de Kevin Wilkins à chaud juste après l'annonce officielle de l'intégration du skateboard aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 - Bonne lecture !

Ajoutez des photos (2020px)

Kevin Wilkins: L'une de mes premières questions était, "c'est quand la deadline?" Mais apparemment il semble qu'il y a 15 ou 20 minutes la décision soit tombée et que le skateboard va être aux JO.

Neal Hendrix: Ouais.

Qui a eu le dernier mot? Pourquoi est-ce que la deadline était à cette date? Qui a pris la décision et pourquoi n'ont-ils pas décidé avant aujourd'hui?

Pas mal de choses se sont passées avant et nous ont emmené jusqu'ici aujourd'hui. Aujourd'hui se déroulait le vote de l'assemblée générale, qui se déroule toujours aux Jeux Olympiques. Il y a bien eu quelques dates butoirs auparavant, quelques votes préalables et autres meetings qui ont été très influents et importants, même s'ils ne donnaient pas la décision finale.

En juin cette année, le comité exécutif du CIO - environ une douzaine de conseillés venus du monde entier qui se réunissent une fois par trimestre - discute différents sujets en assemblée générale, et vote pour leur apporter leur soutien ou non. Il y a donc eu un vote très important du comité exécutif du CIO en juin pour décider s'ils allaient recommander que l'assemblée générale vote en faveur de ces nouveaux sports, ou un seul, ou deux, ou aucun, ou tous. Et donc il y a eu un long processus avant même d'aller devant la commission exécutive du CIO.

Quand la commission exécutive du CIO a voté qu'ils allaient soutenir le projet, alors tout le monde a su que l'affaire était pliée, parce que normalement quand la commission exécutive du CIO se présente devant l'assemblée générale, cette dernière sait que la commission exécutive du CIO a travaillé et fait des recherches pendant des années pour en arriver ici.

Donc c'était une formalité aujourd'hui.

Pour ceux d'entre-nous qui étions impliqués dans le processus, qui travaillions dans l'ombre, aujourd'hui était une totale formalité.

aujourd'hui était une totale formalité

Un groupe appelé WSF a intenté un procès devant un tribunal de Californie contre l'ISF. Est-ce exact?

Ouais. Et le CIO.

Peux-tu me dire qui est Tim McFerran?

Tim McFerran a travaillé pour les frères Maloof et a organisé la Maloof Money Cup pendant quelques années. Quand les frères Maloof ont décidé de sortir du skateboard, McFerran a monté sa propre organisation, il a utilisé de nombreux moyens qu'ils avaient créés ensemble, et a commencé à faire la Kimberley Diamond Cup en Afrique du Sud. Il a également fait quelques événements et circuits qualificatifs pour la KDC, et a monté une fédération qui s'appelle World Skateboard Federation il y a quelque temps.

Donc Gary Ream et l'ISF ont travaillé avec le CIO pendant des années?

Pendant plus de douze ans, ouais.

Et McFerran voulait aussi participer, mais sous son propre acronyme de trois lettres?

Exact.

Ajoutez des photos (2020px)

La WSF.

Ces quelques dernières années, trois organisations différentes qui se sont battues pour être l'organe représentatif du skateboard. L'ISF, la WSF, et la FIRS [fédération internationale de Roller Sports]. L'ISF est en gros l'industrie du skateboard comme nous la connaissons. Il y a des comités qui se réunissent régulièrement. Il y a un comité d'athlètes mondial. Il y a l'industrie, tu sais, les Jim Thiebaud et Steve Van Doren, et le comité d'événements qui s'est réuni des milliers de fois. Il y a Skatepark of Tampa, Street League, les Vans Park Series, et the Boardr - le skateboard que nous connaissons en somme.

Ok.

Je peux t'expliquer un peu ce qu'est la FIRS. La FIRS est l'instance dirigeante des rollers sports. Elle existe depuis 50 ou 60 ans. Ils ne se sont jamais réellement investis dans le skateboard, mais ils ont toujours été reconnus par le CIO et font partie du SportAccord et des instances dirigeantes qui supervisent les fédérations de tous les sports. Faire partie de SportAccord et de toute cette scène est très, très important parce qu'ils ne veulent pas voir arriver de nouvelles fédérations revendiquer une légitimité qu'une quelconque organisation membre à déjà revendiqué. Et au bout du compte ça a un réel impact sur la façon dont la structure de la commission va fonctionner.

Un truc dans ce procès...il semble qu'il y avait une proposition de Gary Ream de présider un comité, et qu'il voulait inclure le président de la FIRS...

Une chose, rapidement. Il y a des choses concernant ce procès que je ne vais pas pouvoir commenter directement. D'autres oui.

Okay.

Mais l'idée d'une commission était que nous nous battions pour l'ISF et le skateboard, que l'ISF soit autonome et l'unique organisme reconnu pour le skateboard. Point. Voilà pour quoi nous nous battions pendant des années, des année et des années. On ne cessait de répéter, "C'est du skateboard." [Mais] on s'est perpétuellement heurté à ces barrages politiques où la FIRS était tellement ancrée avec SportAccord et l'ancienne école, gouvernante du sport mondial, qu'il était impossible de s'en débarrasser.

Le CIO rabâchait, "eh, vous devez travailler avec eux." et notre position était simplement, "Ce n'est pas le skateboard, vous savez. Voilà le skateboard."

Au bout du compte, il n'y avait aucune chance de reconnaissance pour notre groupe. Même si on a bien mis tous les points sur le "i" et barré tous les "t", les groupes qui allaient reconnaître - le CIO, SportAccord, et tous les groupes en Europe - n'allaient jamais nous reconnaître juste parce qu'il y a déjà une organisation membre qui a réclamé la légitimité de notre sport. Ils ont dit, "La seule chose que l'on peut faire est de mettre en place une commission." Ils ont également dit," Nous voulons donner le contrôle des Jeux Olympiques à l'ISF, mais vous allez devoir vous associer à ce groupe."

Puis s'est présentée l'option de nous retirer. On est passé vraiment près de nous retirer, mais à ce moment-là on a réalisé que si le skateboard se retire, nous remettons les Jeux Olympiques et l'image du skateboard qu'un milliard de personnes vont voir à ce groupe qui n'a jamais fait de skateboard ou organisé d'événements de skateboard.

On est passé vraiment près de nous retirer

En fait, ça se résume avec les sports qu'ils représentent, qui sont, la course en rollers inline, l'inline artistique, la descente en rollerblade, et un paquet d'autres disciplines avec lesquelles je ne suis pas très familier. Ils se sont battus pendant 50 ans pour avoir un sport aux JO. Leur monde tourne autour de ça. Ils font des championnats du monde. Ils font des championnats continentaux. Ils font des championnats nationaux. Mais leur ultime but a toujours été les Jeux Olympiques. Dans les années 90, quand le skateboard a commencé à grossir et à être télévisé, ils en ont réclamé la légitimité parce qu'un skateboard a des roues et roule.

Ils ont juste vu le skateboard comme leur ticket d'entrée aux JO, et ils savent qu'ils n'ont rien fait pour.

Donc pour la FIRS c'était simplement de pouvoir dire, "Nous avons atteint notre but, qui était de représenter un sport qui est désormais Olympique."

Ouais. Et visiblement, dans le monde des fédérations de sports, c'est plus de pouvoir. C'est plus de prestige. C'est vraiment intéressant parce qu'aux Etats-Unis, les sports sont principalement gérés par des sociétés privées et des ligues sportives.

Ouais. Beaucoup de nos sports grand public vivent et meurent à l'intérieur des frontières des Etats-Unis, mais les fédérations doivent travailler avec de nombreux pays et frontières.

Ouais. Donc il y avait l'ISF, la FIRS, et la WSF, et il y a même eu un moment au printemps 2015 où le Comité International Olympique a fait venir ces trois groupes ensemble à Lausanne, en Suisse, pour faire une proposition et déterminer qui devrait gérer le skateboard.

Gary Ream et Tony Hawk se sont rendus ensemble à Lausanne en mars 2015, où ils ont fait la présentation pour le skateboard. La FIRS a fait une présentation. La WSF a fait une présentation. Et ça a continué pendant des années - trois groupes. Finalement, au printemps 2016, il y a eu beaucoup de discussions à propos de ce à quoi pourrait ressembler une commission. Diverses discussions sur ce à quoi pourrait ressembler un arrangement. Et à la fin mai, nous sommes retournés à Lausanne - Josh Friedberg et moi sommes allés avec Gary au CIO et avons proposé une commission Tokyo 2020 sous forme de partenariat entre la FIRS et l'ISF, dans lequel la FIRS serait l'instance gouvernante reconnue, mais l'ISF et l'industrie du skateboard telle que nous la connaissons aurait le contrôle du vote, organiserait et exécuterait les Jeux Olympiques. Ce qui comprend le format, les qualifications, les designs des parks et les juges...tu sais, l'exécution des contests de skateboard tels qu'on les connaît aujourd'hui.

l'exécution des contests de skateboard tels qu'on les connaît aujourd'hui

Et ça s'appelle une commission technique non?

Non. C'est une nouvelle instance. C'est ce que tu as probablement vu passer sur la toile. Le nom est The Tokyo 2020 Skateboarding Commission.

Est-ce que McFerran a intenté ce procès parce qu'il n'en fait pas partie?

Correcte.

A t-il à un moment donné fait partie d'une proposition de partenariat genre, "Ok on va trouver une solution tous ensemble."?

Je ne crois pas pouvoir répondre à cette question directement...parce que je sais que quand nous sommes allés à Lausanne fin mai, et que nous nous sommes assis dans le bureau du CIO, ils ont de nouveau proposé une commission skateboard Tokyo 2020. Il y a eu des conférences téléphoniques toutes les semaines avant d'en arriver là, mais lorsque le stylo et le papier se sont rencontrés et que nous avions enfin un contrat devant nous, c'était la FIRS et l'ISF, et avec l'ISF ayant le contrôle du vote sur tout ce qui concerne les Jeux Olympiques.

Donc en quelque sorte c'est ce qui a motivé McFerran à intenter son procès...ou la WSF de déposer une plainte? Parce qu'il a été écarté de l'appel?

Exact. Mais il est important de mentionner qu'il y a un groupe d'événementiel pour l'ISF qui s'appelle International Events Group. Tous les gros événements majeurs de skate autour du globe en font partie. Et nous avons proposé à McFerran une place au sein de ce comité pour son événement en Afrique du Sud. Nous avions le sentiment que cet événement avait sa place dans ce comité et aurait pu jouer un rôle dans la structure ISF. Nous pensions, et aussi à titre personnel, qu'il a monté un bon événement en Afrique du Sud. C'était bénéfique pour la communauté locale. C'était bon pour les pros qui y sont allés. Mais un seul bon événement ne fait pas nécessairement une fédération.

Mais un seul bon événement ne fait pas nécessairement une fédération

Un de ses arguments était que l'ISF n'a jamais organisé un contest.

L'ISF n'a jamais voulu organiser de contests. Nous étions parfaitement satisfaits et nous voulions pas entraver ce qui se passait dans le secteur privé. Nous pensons que la Street League fait de bonnes choses pour le skate street. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la Street League ces deux dernières années. Nous avons aidé la Street League à devenir plus ouverte. Il y a dorénavant deux contests "open" où les riders peuvent participer et essayer de se qualifier pour la Street League. Nous avons travaillé avec la Street League ces deux dernières années pour inclure une catégorie féminine, ce qui était une énorme avancée. C'est quelque chose que la Street League n'avait jamais fait avant.

Même chose avec Vans Park Series. L'ISF a étroitement travaillé avec Vans lorsqu'ils conceptualisaient les Park Series. Nous avons travaillé avec eux sur le format, comment l'ouvrir aux riders et comment impliquer les différents continents qui étaient invités et sélectionner les pros qui n'auraient pas à passer par les rounds de qualifications. Nous avons travaillé avec Vans en soulignant à quel point il est important d'intégrer les filles dès cette première saison des Park Series. Il y a deux événements avec les filles cette première année. Mais l'ISF n'a jamais voulu faire ses propres événements. Nous voulions soutenir ce que le monde du skateboard faisait déjà.

Le CIO a répliqué en disant que de nombreuses choses déposées dans la plainte sont sans fondement. Je ne savais pas trop pourquoi ils répondaient et pas l'ISF, mais aussi ce n'était pas très clair jusqu'à ce que je te parle et que je sache que les deux, ISF et CIO sont nommés dans cette plainte. Est-ce que l'ISF attendait la décision...que l'annonce de l'inclusion du skateboard aux JO 2020 soit faite?

Nous avons un communiqué que nous avons envoyé à tout le monde que je peux...je peux te le lire directement. Nous avons établi un communiqué ISF. Le timing était compliqué parce que Gary et Josh étaient en route pour Rio donc c'était difficile de répondre dû au timing serré.

Ce que nous avons envoyé, je peux te le copier - coller si tu veux: "Comme indiqué par l'agence mondiale antidopage [WADA], ISF est en conformité avec les règles de l'agence. La fédération Internationale de Skateboard [ISF] est également en accord avec celles-ci CIO où les porte-parole ont déclaré ces obligations sans fondement. Tout au long du processus de travail avec le CIO et la volonté d'ajouter le skateboard aux Jeux Olympiques, l'ISF l'a fait avec éthique et professionnalisme, et a respecté les règlements et exigences fixées par le CIO."

Voilà un gros truc qui inquiète les gens: une fois le skateboard mis sur ce piédestal Olympique il devient la cible d'examens minutieux comme le programme de dépistage des drogues, et là il est possible que ça ne sente pas super bon. Il y a autre chose aussi, dans sa plainte la WSF affirme que l'ISF ne répondait pas aux normes antidopage, qu'il y avait une certaine inquiétude au sujet des programmes de dépistage, la planification, ce genre de choses. Tu en sais plus à ce sujet?

Oui, et ce que je viens de te lire indique que l'Agence Mondiale Antidopage a affirmé que nous étions en parfaite conformité avec nos plans et processus de formation. C'est vraiment tout ce que je veux dire officiellement: l'AMA et le CIO ont dit que tout ce que nous faisions était en conformité.

Je sais que tu ne peux pas spéculer sur la plainte de la WSF, mais s'il n'y avait pas eu de tests de dépistage durant les 5 dernières années alors quand l'ISF n'aurait-elle pas été en conformité? Est-ce que McFerran n'est pas juste en train de se raccrocher au moindre espoir?

Ouais. Je pense que c'est se raccrocher au moindre espoir.

Quel a été ton point de non-retour Neal? Pendant des décennies, le cri de ralliement du skateboard a été, "Non. Le skateboard ne devrait pas être aux JO. Ce serait stupide."

Je suis beaucoup allé dans un sens puis dans l'autre, et j'ai toujours pesé le pour et le contre. C'est rare d'être confronté dans le boulot à une situation où tout est rose et parfait. Tu es toujours forcé d'apprécier quelque chose. Quand tu vas t'acheter une nouvelle maison, la maison est belle elle est jolie et c'est génial, mais tu auras moins d'argent pour partir en vacances.

Il y a toujours des avantages et des inconvénients. En étant de plus en plus impliqué dans le processus j'ai réalisé la puissance des médias...comme NBC qui paye des milliards et des milliards au CIO en droits de diffusion et j'ai appris le pouvoir et l'influence qu'ils ont. J'ai aussi compris qu'ils le feraient que l'on soit impliqués ou non. En gros on avait l'option de leur dire d'aller se faire foutre, mais ils allaient le faire quand même et ça allait être vraiment mauvais et le skate allait ressembler à de la merde aux yeux de milliards de personnes. Ou on pouvait essayer de rallier les troupes et de le faire aussi bien que possible - de le montrer comme le skateboard que l'on connaît et qu'on adore. Je sais que beaucoup de gens trouvent les X Games ringards. Je pense aussi qu'il y a certains trucs nazes aux X Games. Mais la moitié des kids que je rencontre au skatepark ou à Woodward ont commencé le skate parce qu'ils ont vu quelqu'un aux X Games. Ils se sont dit que le skateboard avait l'air cool. Le premier skateur qu'ils ont vu a peut-être été Andy McDonald mais un an plus tard ils ont une board Andrew Reynolds et ils regardent King of the Road, tu vois? C'est le skateboard.

En gros on avait l'option de leur dire d'aller se faire foutre, mais ils allaient le faire quand même et ça allait être vraiment mauvais et le skate allait ressembler à de la merde

Je vis en Californie maintenant, et il y a des tonnes de possibilités pour skater - il y a des tonnes d'équipements pour skater - mais quand je voyage à travers le monde, il n'y a nulle-part les possibilités et les équipements que nous avons. Et plus je parle aux gens qui essaient d'avoir des skateparks construits en Australie, qui essaient d'organiser un événement en Malaisie, ou qui essaient de trouver du budget pour un kid super talentueux en Europe pour qu'il puisse participer à des contests sur d'autres continents, c'est devenu évident que toutes ces choses allaient devenir plus faciles pour ces communautés skate autour du monde si le skateboard intégrait les JO.

C'est facile pour nous de rester assis dans notre bulle à la cool en Californie en disant, tu vois, le skate aux JO ça craint. Il y a beaucoup de choses à propos des JO qui craignent, mais j'aime l'idée de donner aux kids talentueux autour du monde la possibilité de participer à des compétitions loin de chez eux. Et j'aime l'idée du financement de skateparks à travers le monde. L'accès aux équipements est énorme.

Mais il n'y a jamais vraiment eu de point de non-retour ou de basculement pour moi. La seule chose que je dirais c'est que j'ai réalisé que ça allait arriver avec ou sans nous, et j'ai donc décidé que je préférais faire partie de ceux qui essaieraient de faire ça bien plutôt que de dire, "qu'ils aillent se faire foutre", et puis que de toute façon ça finirait par arriver et que ce serait vraiment, vraiment mauvais.

Ce procès est quelque chose que je n'ai pas l'habitude de voir. Je n'arrive même pas à comprendre. C'est comme un couple de parents divorcés qui se battent pour la garde d'un enfant.

Cent pour cent. C'est exactement ça.

Ajoutez des photos (2020px)

Je ne savais même pas que c'était quelque chose qu'il fallait envisager, ou que le skateboard pourrait être soumis à une telle vulnérabilité. Ça ne m'a jamais traversé l'esprit. Plutôt bizarre.

Le truc que j'aime c'est que le skateboard aux JO c'est uniquement quelques jours tous les quatre ans. Le skateboard vit, mange, et respire 365 jours par an, 24hs sur 24h. Il y a beaucoup de sports qui gravitent autour des Jeux Olympiques. Je vois la gymnastique à Woodward. C'est centré sur les JO. C'est tout ce qu'ils font. Le skateboard vit, mange, et respire 24hs sur 24h, 365 jours par an, et il y a cette culture et cette communauté qui ne va même pas se soucier de ce qui va se passer à Tokyo en 2020. Ils seront dans la rue en train de filmer des vidéo-parts.

Brandon Biebel ne passe pas de contrôle antidopage

Tu vois, Brandon Biebel ne passe pas de contrôle antidopage. Il skate dehors, il fait son truc - les kids adorent ça, les sponsors adorent ça, et il est juste génial. C'est un monument du skateboard. Il y a Daewon Song, il y a d'autres kids qui émergent et il y a le team Volcom qui traverse le pays en van et qui skate des ditchs au Nouveau-Mexique - c'est le skateboard mec. Tu vois? Rien de tout cela ne va changer avec le skateboard aux JO.

Une de mes préoccupations est qu'on appuie sur le point sensible. Parce que comme tu as pu le voir dans le cyclisme professionnel, ça se passe douze mois de l'année. Il y a un championnat du monde dans chaque discipline. Il y a les grands tours, les classiques, toutes les courses "alimentaires", tout le programme de développement de la jeunesse, et tout ça. et tous les quatre ans il y a les Jeux, et les gens ajustent leurs programmes afin de pouvoir y participer. C'est génial pour chaque pays et c'est top pour les athlètes. Mais tu as aussi vu les abus de drogues améliorant la performance et les scandales de dopages à répétition dans le cyclisme. Il y a cinquante ans, tout ça était juste un énorme merdier qui faisait partie de la culture cycliste, et les gens disaient, "T'inquiète pas. Ne va pas mettre un coup de pied dans la fourmilières maintenant." Donc je sais que c'est forcément dans un coin de la tête de tout le monde, genre, "Merde, il va falloir faire face au problème dans une arène vraiment exposée. Il va falloir qu'on traite le problème de fiesta du skateboard."

Ayant passé ma vie entière autour du skateboard voilà mon point de vue. Je sais que le skateboard n'a pas de problème de drogue améliorant les performances. Y-a-t-il beaucoup de skateurs qui ont fumé de la weed récemment? Oui. Il y en a beaucoup, et on va devoir mettre en place un énorme programme d'éducation pour expliquer à ces gars-là qu'ils vont devoir faire un choix s'ils veulent concourir à ce niveau, ou pas? C'est exactement ce que nous allons devoir faire. C'est exactement la même chose que la NFL doit faire. La NBA a dû le faire. Et maintenant, c'est acquis, quand tu participes à des compétitions à un niveau mondial pour beaucoup d'argent...évidemment il n'y a pas beaucoup d'argent aux JO, mais il y en a dans le skateboard de compétition aujourd'hui aussi. C'est ce que chaque nouveau joueur NBA, chaque joueur NFL...ces gars sont super-talentueux. Parfois ils préfèrent rester dans leur ville à fumer des joints avec leurs potes. Parfois ils préfèrent gagner des millions de dollars pour jouer au basket, c'est la même problématique que certains des skateurs de contests vont devoir gérer.

Mais le skateboard n'en est pas là encore, professionnellement. On est très loin de ce qui se fait en NBA ou NFL.

Je suis d'accord avec toi à cent pour cent, mais imagine que tu es un méchant bowl rider Finlandais. Tu n'as pas de possibilités, tu n'as pas de sponsors, tu n'as rien. Tu es juste un kid du coin qui déchire. À ce niveau, tu n'as pas besoin d'un million de dollars. Si quelqu'un te dit, "On va payer pour que tu t'entraînes et on va payer tes voyages pour aller faire des compétitions autour du monde." ça vaut peut-être un million de dollars.

Tu dis que c'est relatif?

Tout est relatif. Si tu es un kid bourré de talent qui a désespérément besoin d'opportunités et qui en veut...je veux dire, pense à quand nous étions kids: recevoir un colis de boards gratuites valait aussi un million de dollars. C'est tout ce que nous voulions.

Du coup ce kid en Finlande, qui est le ripper de sa ville. Si quelqu'un lui donne l'opportunité..."eh, tu peux aller sur ces événements de skateboard autour du monde - tu peux aller en Californie du Sud pendant six mois de l'année et on va payer pour que tu t'entraînes là-bas - mais il va falloir que tu ne fumes pas de beuh." Possible que ce soit un bon deal pour ce kid.

Mis à part essayer de représenter correctement le skateboard, par opposition à la fédé des rollers sports qui risquerait de le faire d'une manière discutable, as-tu d'autres inquiétudes quant à la présentation de la culture du skateboard d'une manière acceptable pour les puristes?

Je pense que chaque fois que l'on formate le skateboard à des fins télévisuels, il y a toujours des petits sacrifices à faire. Les X Games existent depuis vingt ans maintenant et sont devenus un peu plus acceptables. J'ai le sentiment que les X Games et ce type d'événements se sont un peu améliorés. Nous sommes passés de rampes en contre plaqué et parkings rugueux à des street parks incroyablement parfaits répliquant ce que les gars rident dans la rue. Il y a également des vert-rampes parfaites, j'ai le sentiment qu'on a parcouru du chemin.

Mais il y aura toujours ces petits sacrifices qui font, tu sais, tu dois bosser avec ces gens et leur expliquer à quel point cette partie de la culture est importante pour le skateboard. On va devoir aussi combattre quelques-unes de ces mêmes batailles aux JO. C'est sûr.

L'uniforme est quelque chose que les gens évoquent beaucoup. C'est un argument débile. Qui s'en préoccupe vraiment? Mais est-ce que les skateurs voudront vraiment porter l'uniforme d'un pays?

Nous allons devoir faire comme le snowboard a fait et déterminer ce qu'est l'équipement de protection, tu sais, et ce que les gars seront en mesure d'utiliser - quelle tenue d'équipe ils pourront porter. Nous allons évidemment travailler en étroite collaboration avec toutes les personnes impliquées afin d'être sûr que la tenue que le sponsor fera pour le team USA soit juste, tu sais, quelque chose genre Dickies beige et tee shirt bleu. Voilà. Il y aura aussi des trucs cools qui découleront de tout ça.

genre Dickies beige et tee shirt bleu

Ma lueur d'espoir m'amène à demander, ne va-t-il pas être savoureux de voir comment le skateboard pourra changer la culture du CIO ou la culture du sport international? Le skateboard bouleverse toutes les choses auxquelles il prend part et ça va être cool à voir. J'ai beaucoup de foi envers le skateboard pour faire des choses incroyables.

Ouais. J'aime comment tu vois les choses.

J'ai toujours été à 90/10 du côté de ceux qui ne voulaient pas du skateboard aux Jeux Olympiques, même si je pensais que c'était nécessaire ou même si je pensais que c'était une bonne idée. Mais je ne décide pas ces choses-là. Nous avons tous des opinions au sujet de ce que l'on voudrait voir. Donc maintenant que ça va vraiment arriver, je me dis, "Ne serait-ce pas génial si ce petit projet artistique délabré apprenait au reste du monde comment passer du bon temps?"

Oui complètement, c'est clair. Nous combattons ces batailles. On a été en conférences téléphoniques tous les matins, à nous battre pour la préparation des sites à Tokyo. Nous nous battons pour que les sites de compétition laissent les skateparks en héritage dans le futur, ce qui serait déjà énorme.

Attends. Donc en construisant ces sites, vous laissez après coup de vraies infrastructures de skate auxquelles les gens pourront accéder après les Jeux?

On essaie, ouais. Tout ceci est vraiment préliminaire. En fait ils ont déjà changé deux fois l'emplacement du site de compétition skateboard à Tokyo. Mais c'est très important pour nous de laisser quelque chose sur place pour la communauté skate de Tokyo. C'est trop prématuré pour promettre quoi que ce soit, mais c'est une des petites choses sur lesquelles nous travaillons et qui sont très importantes à nos yeux. 

Dammn: vous pouvez lire la version originale ici...Thanks a lot Kevin !

Pas encore de commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire